Intersaison 2017 : Pourquoi le SM Caen s’en sort mieux que l’année précédente

Maintenu à la dernière seconde de la dernière journée de la saison 2016/2017 (Le but de Ronny Rodelin à la 91ème minute au Parc des Princes résonne encore dans la tête des fans), le mercato malherbiste s’annonçait plutôt compliqué. En tant que dernier maintenu du championnat, il faut bien avouer que la Normandie ne faisait pas vraiment rêver sportivement parlant, à l’échelle de notre championnat. Et pourtant, le mercato caennais s’est assez bien déroulé et laisse présager de bonnes choses pour la saison à venir (sacré Patoche).

Stef Peeters – milieu offensif – Saint-Trond (D1 Belge)

En tant que première recrue estivale, le jeune belge s’est très vite retrouvé au centre de l’attention du public. Décrit comme un des meilleurs gaucher du championnat belge, il vient apporter ses qualités de tireurs de coups de pied arrêtés et sa vision du jeu. Il s’est très vite senti intégré dans le groupe et son entente avec les attaquants ne demande qu’à se développer. Probablement titulaire dans l’esprit de Patrice Garande, le jeune belge communique beaucoup avec Ivan Santini, également ancien pensionnaire de la Jupiler League. De bon augure avant la reprise.

Adama Mbengue – latéral gauche – Diambars (D1 sénégalaise)

Formé comme milieu gauche aux Etats-Unis (aux centres de formations du Los Angeles Galaxy et d’Orlando City), il est reculé d’un cran en 2015 quand il a remporté les Jeux Africains avec le Sénégal. Depuis, il s’est installé comme une référence à ce poste et a même été désigné meilleur arrière gauche du championnat sénégalais en 2016. Difficile de déterminer sa place dans la rotation normande. En concurrence avec Vincent Bessat et Emmanuel Imorou, le néo-international a toutefois la même capacité que l’ancien nantais à évoluer également à un poste plus offensif. Bref, un nouveau jouer polyvalent qu’il est toujours bon de compter dans son effectif.

Brice Samba – gardien – Libre

En fin de contrat avec l’Olympique de Marseille, le jeune gardien (formé au Havre) a posé ses valises en Normandie afin de remplacer Paul Reulet, prêté à Boulogne sur Mer (National), au poste de 3ème gardien. Comparé avec à Steve Mandanda, Samba arrive avec la volonté de confirmer tous les espoirs placés en lui depuis ses débuts en professionnel à l’âge de 16 ans. Il a d’ailleurs déjà eu son premier coup d’éclat en Bleu et Rouge lors du Trophée des Normands. Durant la séance de tirs aux buts, il a détourné la première tentative havraise et a permis à l’équipe de prendre rapidement l’ascendant.

Baïssama Sankoh – milieu défensif – EA Guingamp

Suivi depuis plusieurs saisons par le Stade Malherbe, le nouveau n°5 caennais se démarque par sa polyvalence. Capable d’évoluer en sentinelle, son poste favori, mais aussi en défense centrale ou encore latéral droit, il vient compléter un secteur mis à mal la saison passée par les blessures et quelques peu dégarni depuis les départs de Jordan Adéoti, Alaedine Yahia, Syam Ben Youssef ou encore Nicolas Seube. Patrice Garande a cependant déjà précisé qu’il voyait plus Sankoh comme un défenseur qu’un véritable n°6. Malheureusement, l’ancien guingampais sera indisponible pour les quatre prochaines semaines. Il sera intéressant de voir qu’elle place trouvera Sankoh dans la rotation.

Alexander Djiku – défenseur central – SC Bastia

L’histoire de cette signature est pour le moins originale. Quelques mois avant de rejoindre la Normandie pour 4 ans, il s’était blessé de façon assez spectaculaire à d’Ornano sous les couleurs du club corse en percutant un panneau publicitaire. Résultat : fracture ouverte de l’avant-bras gauche et trois mois d’absence. Moins d’un an plus tard, le défenseur formé à Bastia, a décidé et ce malgré de nombreuses autres opportunités de revenir sur les lieux du drame pour y porter les couleurs malherbistes. C’est un formidable renfort pour les caennais, car malgré la relégation du club corse, Djiku figurait parmi les grandes satisfactions. De plus, la concurrence était rude pour s’attacher les services du natif de Montpelier. Bursaspor (Turquie) notamment offrait au joueur un salaire quatre fois supérieure à la proposition normande. Djiku a préféré favoriser sa progression plutôt que l’argent, et Malherbe s’en frotte les mains.

Frédéric Guilbert – latéral droit – Girondins de Bordeaux

Probablement la recrue la plus attendue par le public, Frédéric Guilbert devait être harcelé de notifications Twitter (les copains de We Are Malherbe ont probablement eu leur impact sur les négociations). Prêté par Bordeaux en octobre 2016, il s’est installé définitivement en tant que titulaire sur le côté droit de la défense caennaise jusqu’au maintien obtenu au Parc des Princes (excepté pour cause de blessure juste avant la fin de la saison). Très apprécié par le public, son apport dans le jeu malherbiste est tout aussi important. Formé au club, il connaît la maison et devrait retrouver sa place de titulaire dès la reprise. Il était également courtisé par d’autres équipes notamment en Angleterre, mais il avait donné sa priorité au président Fortin. Un joueur apprécié, efficace et honnête : bref, une perle dans le jeu caennais.

 

6 recrues ont posées leurs valises en Normandie. Le mercato n’est pas encore terminé, mais on peut déjà parler de grande revue de l’effectif caennais. Si le terme peut faire peur au premier abord, il faut reconnaître que jusqu’ici le mercato normand a de l’allure et l’équipe donne envie sur le papier. Entre les vétérans Remy Vercoutre et Julien Feret toujours prêt à encadrer les jeunes et à apporter leur expérience, les jeunes pousses prometteuses comme Florian Le Joncour, Jordan Nkololo ou encore Jordan Leborgne qui ont les dents longues, le staff qui même malmené la saison passée par le public, conserve la confiance du président Fortin et qui semble vouloir remonter la pente et se maintenir rapidement, le club se porte plutôt bien. D’autant plus qu’à la qualité du recrutement vient s’ajouter le timing ! En effet, les recrues sont arrivées assez tôt au club afin de vivre la préparation et de se mêler au groupe rapidement. Mais rien ne remplace le terrain et il faudra attendre ce samedi et le match à Montpelier pour tirer les premiers enseignements. Car il ne faut pas oublier que l’objectif reste le même : le maintien. Mais s’il est atteint plus tôt que la saison passée, rien n’empêche de revoir les objectifs à la hausse.

 

Mon onze de départ :

Inutile de préciser que le onze qui sera aligné par Patrice Garande ce samedi pour la reprise du championnat sera différent de celui-ci. En effet, je ne tiens ici pas compte des blessures ni des suspensions. Je ne me base ici que sur mes impressions personnelles. Ça vaut ce que ça vaut.

Laisser un commentaire